Au fin fond d’une ravine d’une forêt du Sud-Est malgache, trouver des orchidées en fleur ne fut pas une mince affaire dans ce sombre coin. Plus trop la saison, trop de pluie, pas assez. J’y comprenais rien. Tout fout le camp de manière générale, y a plus de saisons. Et surtout il n’y avait pas assez de lumière.

Madagascar, c’est cool, ça fait rêver. Il y a des baobabs, des super lémuriens avec une queue annelée noir et blanc, des plages de sable blanc incroyables, des baleines, des caméléons, et tout et tout. Mais y a pas que ça. Y a plein de sangsues et des moustiques de ouf. Et ça on n’en parle pas assez.

Voilà une fleur d‘Angraecum indéterminé. En arrière plan, on peut distinguer un moustique (une femelle en l’occurrence) du genre Eretmapodites. Un moustique d’une beauté fascinante. Malheureusement, la beauté n’exclut pas la chienlit comme dirait l’autre avec son grand nez (et ses grandes oreilles).

Angraecum sp. (à déterminer)

[SOOI = Sud Ouest de l’Océan Indien]

Dans l’enchevêtrement inextricable des bambous malgaches, de petits êtres se baladent, de tiges en tiges au gré de leurs pérégrinations alimentaires.

Discrets et toujours par deux, ils constituent, lutins facétieux, les reliques d’un monde qui s’effondre et que nos enfants ne connaîtront certainement pas.

Hapalemur meridionalis

Hapalemur meridionalis

Alors qu’avec une bande d’amis nous errions sur le Piton de la Fournaise, une des failles éruptives était juste sous nos pieds. Ca sentait bon le soufre, ça dégazait. L’ambiance était somptueuse, le soleil émergeait de l’enclos et chassait les derniers grains de « farine », ce crachin péi qui mouille, qui ne s’arrête jamais (à la différence du crachin breton). Ce n’était pas complètement silencieux, on sentait et on entendait la terre respirer (elle pue un peu de la gueule). Les vapeurs terrestres se mêlaient à celles du ciel. On avait du mal à distinguer les cônes éruptifs, le gris aplatissant tout. Après une nuit d’enfer, c’était sûr il allait faire beau.

Au point du jour, si les aubes sont parfois navrantes, ce sont les vers de Cézaire qui me sont venus :

1E9A2166_signee

 

DORSALE BOSSALE

il y a des volcans qui se meurent

il y a des volcans qui demeurent

il y a des volcans qui ne sont là que pour le vent

il y a des volcans fous

il y a des volcans ivres à la dérive

il y a des volcans qui vivent en meutes et patrouillent

il y a des volcans dont la gueule émerge de temps

en temps

véritables chiens de la mer

il y a des volcans qui se voilent la face

toujours dans les nuages

il y a des volcans vautrés comme des rhinocéros fatigués

dont on peut palper la poche galactique

il y a des volcans pieux qui élèvent des monuments

à la gloire des peuples disparus

il y a des volcans vigilants

des volcans qui aboient

montant la garde au seuil du
Kraal des peuples endormis

il y a des volcans fantasques qui apparaissent

et disparaissent

(ce sont jeux lémuriens)

il ne faut pas oublier ceux qui ne sont pas les moindres

les volcans qu’aucune dorsale n’a jamais repérés

et dont de nuit les rancunes se construisent

il y a des volcans dont l’embouchure est à la mesure

exacte de l’antique déchirure.

Aller en forêt, marcher, lever la tête, et finalement comme à la récré, regarder sous les jupes des filles.

Toujours la même curiosité : alors y a quoi ?

On le sait, mais ça ne change rien.

Rêve d’amour qui nous fait basculer dans les enchevêtrements chlorophylliens.

Malgré tout, la lumière est là et nous transporte vers la clarté canopéenne.

Pandanus purpurascens Thouars

Pandanus purpurascens Thouars

 

Il existe différentes définitions de la photographie. On s’accordera globalement sur le fait qu’il s’agisse d’un procédé permettant d’enregistrer à l’aide de la lumière et à un instant donné l’image d’un objet. La lumière et le temps sont deux notions indispensables. Donc, derrière chaque image, il y a forcément « quelquechose », il y a une petite histoire.

Ce jour-là, c’était jour de pluie en cherchant de jolies plantes à mettre en boîte. Cette belle orchidée, nous ne l’avons aperçue que sur le chemin du retour. Il a fallu essayer, mitrailler, laisser passer l’averse et profiter d’une courte trouée lumineuse.

Au vu de cette image, on comprend mieux la luxuriance de cette Vallée Merveilleuse !

... (photo J. Corré)

… (photo Maloyab Photographies)

 

Le labelle blanc de la belle blanche porte cette petite trace dorée au cœur…

Résidu de Labello® apposé par l’abbé louche…

Qui sera le label définitif de la bellotte immaculée.

Pendant ce temps, un labbe, ailes déployées, se demande ce qu’il fait là…

Bellâtre profiteur de la belgitude de la situation.

Calanthe sylvatica

Calanthe sylvatica

Matin tendre, matin détente sur l’île aux cocos.

C’est encore les vacances, petit-déj au soleil et au poisson. Je ne sais pas si c’est bon pour l’haleine de noddi¹, mais si les macouas² avaient des dents, ça se saurait.

Nourrir le petit pour assurer la transmission d’un patrimoine génétique, c’est usant, mais c’est comme ça que ça marche. Et depuis un sacré paquet d’années.

De toutes façons, dans quelques jours, les plumes auront fini de chasser le duvet. Et pour toute ambition ce sera l’océan pour horizon.

Pour du menu fretin, zoizo la mer³, tu te retrouveras sans cesse à divaguer entre les bleus du ciel et de la mer.

Anous stolidus (Linnaeus, 1758)

Anous stolidus (Linnaeus, 1758)

¹ = ² = ³ = légende de l’image