Après-midi d’été dans les Hauts de l’île.

La brume monte et enveloppe de sa torpeur blanche toute la forêt.

Le silence est là, brisé par un éventuel cri d’oiseau.

Quelques sons montent de la vallée abandonnée, perçant la ouate.

Dans un bruissement d’aile, un papangue survole les crêtes.

Rien ne bouge ou presque.

L’humidité se répand. La mousse se gorge, les troncs goutent.

Les orchidées en profitent.

Jumellea rossi

Jumellea rossi

Share →

One Response to Blancheur des Hauts

  1. kevin dit :

    Pas facile d’avoir quelque de bien quand c’est en hauteur mais pas un problème pour toi apparemment 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *